Tuerie.

Tuerie.

Près du Mont Saint Michel, un cimetière américain et son église. Une visite forte en émotions, il était impossible de partir sans venir rendre hommage à ces combattants venus se sacrifier pour la France. Dans l'église, une sorte de vestibule, j'y ai tout de suite vu une photo, une histoire.

Les points de lumière en reflets sur le mur sont (pour moi), comme des impacts de balles, un mur criblés de trous comme peut l'être un corps. Un mur où aurait pu être fusillé un homme. La tâche qui trône sur le sol, en dessous de ces reflets, est comme une tâche de sang. La plaque commémorative et son texte donne de la puissance à l'image. Le banc vide, symbolise l'absence, mais aussi l'inconnu. Hommage aux soldats, qu'ils soient connus ou pas... Le vitrail est comme l'homme, ambivalent et fourbe. L'homme est capable du pire comme du meilleur. Il apporte la lumière mais c'est pourtant lui qui amène les reflets / ombres de la métaphore des impacts de balles. La lumière, telle qu'elle soit, d'où qu'elle vienne, apporte clarté, mais aussi, obscurité. Il y aura toujours une part d'ombre dans une pièce éclairée, tout comme dans l'homme. Le rouge incorporé au noir, est un effet qui sert à rappeler la couleur du sang.

C'était une visite riche et nécessaire car il ne faut pas oublier. Nous avons un devoir d'hommage envers ces soldats qui ont eu le courage de venir se battre pour une nation qui n'était pas la leur.

Écrire commentaire

Commentaires: 0