Oradour-sur-Glane

Oradour-sur-Glane.
10 juin 1944
Fin de matinée, petite réunion entre officiers de la Waffen SS du bataillon 1 et les officiers SS de la police (KDS) de Limoges à Saint-Junien en la place de l'hôtel de la gare. Pour mémoire s'il en faut, le débarquement a eu lieu le 6 juin 1944 en Normandie. La division Das Reich a donc quitté Montauban et s'en va rejoindre le front par le biais de divers itinéraires.
Le 9 juin en fin de soirée, le major Helmut Kampfe, chef du 3éme bataillon, fut fait prisonnier par la Résistance dans les environs de saint-Léonard-de-Noblat (60 kms d'Oradour-sur-Glane). Kampfe était un ami personnel du commandant Dickmann. Voilà comment se serait installée l'opération punitive, dont l'organisation et l'exécution furent confiées au même Dickmann.
Aux environs de 14 heures, deux cents Waffen SS bouclent Oradour-sur-Glane à travers champs et jardins dans le but de converger vers le bourg poussant devant eux tous les individus rencontrés. Sur le Champ de Foire tout le monde est rassemblé. On sépare les hommes des femmes et des enfants.
16h, une explosion se fait entendre dans tout le bourg... C'est ce qui donnera le signal du massacre.
Conclusion 644 victimes hommes, femmes mais aussi enfants. 328 constructions détruites sur 15 hectares.
 
Ici, les vestiges de la voiture de M. Texereau.
 
N'oublions pas que la mise au pas de la société allemande en 1933, s'opéra par la terreur, l'intimidation et la séduction. Je vous laisse méditer là-dessus...

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Guy R (samedi, 26 septembre 2020 10:09)

    Et dire qu'il y a des personnes qui ne sont pas au courant et d'autres qui veulent occulter notre histoire � merci Stéphanie