De l'autre côté de la barrière

Oradour sur Glane. Parfois, il vaut mieux être de l'autre côté de la barrière... C'est ce que j'ai voulu montrer à travers cette image. Cette famille que j'ai suivi dans tout le village dévasté d'Oradour sur Glane pour y cueillir les opportunités photographiques a été une vraie source d'inspiration. Il me semblait important de photographier la vie là où la mort est prépondérante. 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Bob (mercredi, 07 octobre 2020 12:59)

    le poids de tes mots et le choc de ta photo , pour paraphraser Paris-Match
    Un jour ces petits enfants sauront pourquoi leur papa les a emmenés là ,